AccueilAccueil  Cartes  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Taverne de Débauche et rencontre fructueuse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cléomède Brabantio
Marchand de tapis

avatar


Messages : 296
Date d'inscription : 10/05/2011
Age : 27
Localisation : a Traitreland

MessageSujet: Taverne de Débauche et rencontre fructueuse    Mar 13 Mar - 19:31

Emilio marchait. Le soir tombais. La nuit se profilait et les ombres s'étendaient dans cette rue mal famée. Il était peu confiant, et ne préférais pas voir certaines formes dans certains coins qui s'agitaient dans une relation commerciale.

Le Jeune homme pestait, sous la chaleur du soir de ces iles tropicales, contre son employeur qui l'envoyait toujours par monts et par vaux pour des raisons certes diverses et variées, mais, d'après lui, un brin trop récurrentes.

Il se trouva enfin devant un etablissement bruyant et enfumé. La pancarte , très romantique, déclamait de toute sa largeur sous une peinture très évocatrice la dénomination de l'établissement

"La cochonne bourrée"

Certes...c'était au moins clair et pas le moins équivoque sur ce que l'on trouvera a l’intérieur.

Emilio poussa le bâtant de bois. Il dut descendre quelques marches graisseuses et polies par les nombreux pas .La taverne se situais dans une sorte de cave au plafond voûté et aux murs percés de quelques trop rares soupiraux pour laisser échapper la fumée de l'endroit encrassé...

Emilio tenta péniblement de se diriger vers le comptoir. Un tavernier a la mine patibulaire se dirigea vers Lui.

- Je cherche un type qui pourais m'emener a Jagathai Khan,Il y as ça ici?
- Tu consomme ou tu dégage

Emilio posa une pièce sur le comptoir usée, vite agrippée par une main dont deux doigts étaient des auto mails. On lui donna une chopine d'un alcool local inconnu, qu'il préféra ne pas trop toucher. Il tenta de parler a nouveau au tavernier, mais vu qu'il avait déjà payé, celui-ci se fichait du jeune homme comme de sa première pipe. D'ailleurs, une jeune dévergondée qui l'appelait "mon mignon" lui proposa diverses chose pour deux pièces d'argent, mais le voyant coincé et le fait que celui-ci lui pose plein de questions sur la clientelle la fit vite partir. Déjà, quelques regards malsains se tournaient vers lui. Et la rumeur courais qu'il était peut être un agent des renseignements du Prince, vu qu'il ne semblais pas plus doué qu'eux...


Emilio, se sentant épié de tout coté, ne savait désormais que faire....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Taverne de Débauche et rencontre fructueuse    Mer 14 Mar - 14:32

Le port de Daïman était, quelques heures à peine après le lever du soleil, en pleine activité. Déjà, des navires rentraient, ou sortaient du port. Déjà, les «sorciers» du port proposaient leurs services au premier qui serait assez bête pour les croire: traversée calme, pêche heureuse... Déjà, d’anciens marins s’asseyaient sur les bancs, et contaient leurs exploits passés à la jeunesse de la ville. Déjà, la foule colorée et bigarrée des îles emplissait les quais. Déjà, les cris des poissonniers retentissaient:

-«Bon poisson! Bon poisson! Poisson frais à petits prix!

-Approchez, mesdames et messieurs, sentez-moi cette sole…elle transporte le parfum de la mer jusqu’à votre assiette!

-N’écoutez pas ces escrocs, mes prix sont les plus bas que vous puissiez trouver!»


Perdu, noyé, au milieu de cette marée humaine, un homme marchait en ligne droite, fendant la foule comme un navire fendrait les flots. Il s’agit, vous l’avez bien entendu deviné, de votre héro préféré Voorsk Yanovitch… Habillé, contrairement à son habitude, comme un riche marchand, il s’engouffra, en sortant du port, dans une série de ruelles vides, et déboucha devant une boutique anonyme. Il s’agissait en réalité d’une bijouterie de luxe, et cet anonymat n’était qu’une mesure de sécurité supplémentaire. De toutes manières, ceux qui fréquentaient cette enseigne n’avaient pas besoin d’indications sur la façade. Ceux qui ne savaient pas où ils entraient n’étaient pas les bienvenus. Voorsk entra dans la boutique d’un pas assuré, s’arrêta devant le responsable de boutique.

-«Ah! Je savais que je te trouverais là! J’ai besoin que tu me rendes les cinq lingots d’or que tu me dois… Je peux me rembourser directement en diamants, si tu n’as pas l’argent…»
, entama-t-il, et il ajouta un clin d’œil complice

Malheureusement pour lui, l’homme ne semblait pas particulièrement dégourdi, aussi répondit-il:

-«Monsieur, veuillez me pardonner, mais je n’ai ni l’honneur de vous connaître, ni celui de vous devoir de l’argent. Aussi, je dois rejeter votre proposition, à mon plus grand regret.»


Voorsk ne peut que sortir les arguments convaincants et compréhensibles par tous, à savoir un coutelas de taille respectable. Il le plaça devant la gorge de l’homme, et abattit son énorme avant-bras gauche sur le comptoir.

-«T’es con ou quoi? Tu me laisses vider la boutique, ou t’es mort!»

Pendant la discussion, trois hommes de confiance étaient entrés à leur tour dans l’échoppe, et vidaient le contenu des étagères dans des sacs de velours, sélectionnant les objets qui se vendraient le mieux sur le marché noir. Le boutiquier suppliait qu’on lui laisse la vie sauve, aussi Nakor lui demanda de se tenir tranquille, et que sa vie ne serait alors pas menacée. Puis un des trois hommes trancha la gorge du commerçant, dans son dos.

-«J’ai changé d’avis, en fait», commenta Voorsk

Il se changea ensuite à l’intérieur même de la boutique, puis tous quittèrent la boutique, non sans avoir allumé un immense brasier à l’intérieur au préalable. Puis Voorsk partit se réfugier au «Cochon Bourré», une auberge crasseuse qui servait de repère aux mercenaires et à la racaille de la ville, à tel point que même la garde hésitait à s’y aventurer. Là, au moins, il serait en sécurité.

Comme toujours, une ambiance de débauche et de beuverie régnait à l’intérieur. Les plus alcoolisés dormaient profondément à même le sol (ce qui, vu l’aspect du sol, était une preuve suffisante de leur taux d’alcoolisation), d’autres cherchaient par tous les moyens à se battre. Soudain, interrompant les futurs pugilistes, la porte s’ouvrit, laissant entrer un jeune homme élégant, mais totalement inconnu des habitués de l’endroit. La musique s’arrêta, et les regards convergèrent vers le nouveau venu.


-«Je cherche un type qui pourrait m'emmener à Jagathai Khan, il y a ça, ici?


- Tu consommes ou tu dégages»
, répliqua le patron

Aussi, il commanda un alcool, «n’importe lequel», avait-il ajouté. C’était, dans un bouge comme celui-ci, une chose à ne pas dire. Le patron lui servit une choppe d’«alcool local» (l’expression de l’aubergiste pour dire «un peu de tout mélangé et distillé»), à laquelle le jeune homme ne toucha pas, avec raison. Il continua à questionner le patron à propos de Jagathaï Khan, mais celui-ci ne lui accorda pas un seul regard. Une jeune femme de joie vint se coller à lui, mais il ne réagit pas, aussi préféra-t-elle s’éloigner en quête d’une autre victime (qu’elle trouva en la personne d’un marin à moitié endormi). Préférant éviter des ennuis à l’homme, Voorsk s’approcha du comptoir, et s’accouda près de lui.


-«Alors comme ça tu veux aller à Jagathaï Khan? C’est pas un endroit pour un jeune homme respectable comme toi, tu sais? Mais si tu as de quoi payer, je peux te conduire là-bas…c’est cher, précisa-t-il. Au moins, avec moi, tu seras en sécurité, et puis, je suis honnête, dans un certain sens», ajouta-t-il avec un sourire narquois (qui dévoila ses deux dents en or).
Revenir en haut Aller en bas
Cléomède Brabantio
Marchand de tapis

avatar


Messages : 296
Date d'inscription : 10/05/2011
Age : 27
Localisation : a Traitreland

MessageSujet: Re: Taverne de Débauche et rencontre fructueuse    Mer 14 Mar - 20:49

Un homme, que rien ne distinguait vraiment physiquement ni dans son attitude du reste de la clientèle s'approcha d'Emilio.

- Respectable?

La remarque avait étonnée Emilio, qui se regarda. Certes, sous l'influence de cléomède, il avait apris a bien se comporter en société et portait des vêtements plus que correctes. Il nota pour lui même qu'il ne devrait plus désormais oublier sa jeunesse dans les manufactorias de Syntillia.

Emilio portait un petit tricorne brun, un model assez courant, un manteau long du même type, qui cachait ses armes habituelles: deux pistolets deux coups, et deux poignards recourbés. Par réflexe, il approcha sa main d'un de ces derniers, dans la large ceinture de tissu sous son manteau. Sous celle ci, un pantalon bouffant, beige, ressemblant a ceux des iles, entrait juste en dessous les genoux dans des bottes souples. Il portait egalement un petit justaucorps noir aux boutons d'argent, certainement l’élément qui faisait le plus bourgeois et dont il faudrait qu'il se débarrasse.


- Vous avez intérêt a être honnête, de toute façon, car je travail pour mon patron, et celui-ci ne consentira a monter que sur un vaisseau qui accepte paiement a l"arrivée, et non au départ. Il a subit pas mal de chose d'ici là, et il a raison, je pense, de se méfier de gens tels que vous.

Ecoutez, c'est un simple transport, sur une île peut loin. Deux pièces d'or par personnes, nous sommes quatre, avec une cabine a part, et repas compris...nous ne serons pas exigent sur la qualité de ceux-ci... et ça ne fera pas de mal a mon patron de perdre son embonpoint. Rien a redire?


Il examina le capitaine et ses horribles dents, en quête de réactions a ses moindres paroles. [i]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Taverne de Débauche et rencontre fructueuse    Jeu 15 Mar - 16:48

Les occupations respectives des occupants de la taverne avaient repris. Voyant que l’un des leurs (et pas le moindre) parlait au jeune homme, celui-ci avait été oublié, ne représentait plus de danger pour la clientèle. A côté de Voorsk, une partie de dés avait lieu. Le premier joueur lança les dés, mais, au moment où ils tombaient, les second les rattrapa, et les relança dans un seul mouvement. Le premier saisit un cadavre de bouteille et le cassa sur la tête du second. Le second saisit une chaise et la cassa sur la tête du premier. Le patron sortit un gourdin de sous son comptoir, et asséna un coup sur la tête du second, puis sur celle du premier. Ici, on préférait la justice du premier qui dort à celle de Salomon (d’autant plus que Salomon n’existe pas ici).

-«Respectable?, questionna le jeune homme, comme surpris

-En apparence, au moins.»
, précisa Voorsk

Il se croyait sans doute intelligent, mais rentrer habillé comme un bourgeois à «La cochonne Bourrée» (pour Voorsk et les habitués de la fameuse taverne, «bourgeois» désigne quelqu’un qui travaille honnêtement), sans recommandations qui plus est, pouvait être considéré comme un acte à tendance suicidaire… Et, même s’il croyait que les armes blanches qu’il dissimulait dans sa ceinture (il n’était pas tout à fait stupide, alors, mais très peu discret, il n’arrêtait pas d’en manipuler la poignée) pouvaient lui être d’une quelconque utilité, il se fourvoyait complètement. Interrompant Voorsk dans ses pensées, son éventuel futur client continua:

-«Vous avez intérêt à être honnête, de toute façon, car je travaille pour mon patron, et celui-ci ne consentira à monter que sur un vaisseau qui accepte paiement à l’arrivée, et non au départ. Il a subit pas mal de chose d'ici là, et il a raison, je pense, de se méfier de gens tels que vous. Ecoutez, c'est un simple transport, sur une île peu loin. Deux pièces d'or par personnes, nous sommes quatre, avec une cabine à part, et repas compris...nous ne serons pas exigeants sur la qualité de ceux-ci... et ça ne fera pas de mal à mon patron de perdre son embonpoint. Rien à redire?


-Il ne paye pas de mine, mais il est dur en affaires, rigola Voorsk. Ecoutes-moi bien attentivement. Je suis le seul capitaine qui est capable de te transporter jusqu’à Jagathaï Khan en toute sécurité. Comme je me rends là-bas, j’accepte de vous prendre à bord. Maintenant, tu me parles de repas, je ne suis pas capitaine d’un zeppelin de croisière. Si tu veux un tarif avantageux, je te propose trois pièces d’or par personne -c’est mon dernier prix- avec hébergement dans une cabine, et la bouffe. Et c’est payable en deux fois, la moitié au départ, l’autre à l’arrivée. Et en plus, je ne livre jamais mes passagers, et je ne pose pas de questions… C’est d’accord?»

Il cracha dans sa main et la tendit à son interlocuteur, à la manière des marins.
Revenir en haut Aller en bas
Cléomède Brabantio
Marchand de tapis

avatar


Messages : 296
Date d'inscription : 10/05/2011
Age : 27
Localisation : a Traitreland

MessageSujet: Re: Taverne de Débauche et rencontre fructueuse    Jeu 15 Mar - 18:16

- Nous ne nous attendions pas a du grand luxe, rassurez vous, nous mangerons comme l’équipage. Soit, trois pièces par personnes...soit 12 pièces en tout? Nous serrons d'accord sur 10 pièces uniquement,et nous concentrons a en payer 5 dès le départ ...Mon patron a subit de nombreux préjudices qui lui ont coûtes très cher,sans compter que l'une des personnes, vous n'en verrez certainement pas grand chose, ne risque pas de manger beaucoup, enfin bref, elle ne compte presque pas. Je suis certain qu'il y a des tas d'autres personnes qui vont a Jagathai Khan régulièrement ici, et qui sont capables de pratiquer des tarifs raisonnables. Ah, j'oubliais, une fois là bas, il est possible que nous recourions a votre connaissance de la ville, moyennant un nouveau paiement, bien entendu.



Sans avoir attendu la réponse du marin, Emilio continua, indiquant par son attitude qu'il ne souhaitait pas négocier a outrance avec cet homme

-puisque nous sommes d'accord, vous n'avez plus qu'à m'indiquer les modalités de rendez vous, monsieur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Taverne de Débauche et rencontre fructueuse    Sam 17 Mar - 16:27

Le jeune homme regarda la main tendue de Voorsk et le crachat qui en ornait la paume d’un air dégoûté. Au fond de la taverne, une nouvelle rixe éclata: deux ivrognes se tenaient par le col, tentant à la fois de faire tomber l’autre, et de ne pas tomber sois même, ce qui n’avait pas l’air facile. On peut les comprendre, puisqu’à partir d’un certain degré d’alcoolisation, le sol de la taverne tanguait méchamment.

-«Nous ne nous attendions pas à du grand luxe, rassurez-vous, nous mangerons comme l’équipage. Trois pièces par personnes...soit 12 pièces en tout? Nous serrons d'accord sur 10 pièces uniquement, et nous concentrons à en payer 5 dès le départ ...Mon patron a subi de nombreux préjudices qui lui ont coûtés très cher, sans compter que l'une des personnes, vous n'en verrez certainement pas grand-chose, ne risque pas de manger beaucoup, enfin bref, elle ne compte presque pas. Je suis certain qu'il y a des tas d'autres personnes qui vont à Jagathaï Khan régulièrement ici, et qui sont capables de pratiquer des tarifs raisonnables. Ah, j'oubliais, une fois là-bas, il est possible que nous recourions a votre connaissance de la ville, moyennant un nouveau paiement, bien entendu.


-Je suis d’accord pour dix pièces. Mais ici, personne n’acceptera de t’apporter à Jagathaï Khan. Ce serait considéré dans le milieu comme un vol. J’ai été le premier à saisir cette occasion, le travail me revient donc de droit. Evidemment, cette dernière mesure est toute à votre honneur. Personne ne m’avait jamais demandé de le guider à Jagathaï Khan, mais c’est une preuve d’intelligence que de préférer dépenser quelques pièces d’or pour rester vivant…»


Enfin, il regarda la rue par la vitre crasseuse de la taverne. Entre deux trainées de graisse dégoulinantes, on parvenait à distinguer un groupe de gardes qui patrouillait. Le vol de la bijouterie avait été découvert. Pas le voleur. Le jeune homme n’avait pas remarqué l’agitation soudaine qui s’était emparée des rues. Et de la taverne: ici, on n’aimait pas trop les descentes de gardes. Non pas qu’on les craignait, mais au moins la moitié des clients avaient des démêlés avec la justice.


-«Puisque nous sommes d'accord, vous n'avez plus qu'à m'indiquer les modalités de rendez-vous, monsieur.

Voorsk se leva, et lui glissa à l’oreille:


-Demain, sur le quai principal du port, à onze heures. Apportez une lanterne. Mon zeppelin est amarré plus au large.»


Après quoi il sortit d’un pas nonchalant par la porte arrière de la taverne (comme la majorité des consommateurs, remarqua-t-il). Au même moment, les gardes entrèrent d’un pas hésitant. Ils furent arrêtés dans leur modeste élan par le regard lourd de menaces du reste de la clientèle. Un marin à la carrure d’athlète porta la main à son coutelas, et cracha devant les représentants de l’ordre public, une expression de mépris à l’état pur sur le visage. Le premier garde recula d’un pas. Il scruta la salle du regard, puis referma la porte.
Revenir en haut Aller en bas
Cléomède Brabantio
Marchand de tapis

avatar


Messages : 296
Date d'inscription : 10/05/2011
Age : 27
Localisation : a Traitreland

MessageSujet: Re: Taverne de Débauche et rencontre fructueuse    Sam 17 Mar - 16:52

Emilio haussa les épaules a la vue de la scène, but une gorgée, le regretta amèrement , puis partit. Il avait eu le dernier mot, et cela suffisait a faire son bonheur. Il ne préféra pas voir ce qu'il y avais a la porte de derrière et préféra sortir par devant. Il faisait maintenant nuit, il se dépêcha de rejoindre les grands axes, éclairés au bec a gaz. Plus il y réfléchissait, plus il s’étonnait. Le quai central était réservé au transport de passager, principalement les lignes régulières et les compagnies touristiques. Il s'attendait mieux a le retrouver sur le port de pèche, ou sur l'un des quais secondaires. Le quai central, tout comme les docks marchands d'ailleurs, étaient soumis ici a une taxe d’amarrage exorbitante. Enfin, il verrait bien.


La nuit s'étendait paisiblement dans les ports de Daiman, et quand Emilio rentra, les deux vieillards étaient couchés. Pour la première fois depuis longtemps, le calme c'était imposé. D'une part parce qu'on avait arrêté de leur courir après, d'autre part parce que Cléomède, passant pour mort, arrêtait de fait la diplomatie, et n'aurait plus a courir après princes et consuls pour préparer une réunion qui n'aurait rien changer a l’inévitable guerre qui se profilait, et dont eux s'éloigneraient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Taverne de Débauche et rencontre fructueuse    Dim 18 Mar - 15:21

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Taverne de Débauche et rencontre fructueuse    

Revenir en haut Aller en bas
 

Taverne de Débauche et rencontre fructueuse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Haldaran :: Archipel Yunaï-Einji :: Daïman :: Port-