AccueilAccueil  Cartes  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ohay, pirate! [PV Voorsk Yanovitch]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Ohay, pirate! [PV Voorsk Yanovitch]   Jeu 26 Avr - 17:22

  • Arh, moussaillon! C'est qu'il m'donne du fil à retordre, c'nœud de pacotille! Et voilà, les jeunes matelots refilent toujours les tâches les plus barbantes aux vieux loups de mer. P'tits cons, va! Mais j'avoue qu'à mon âge, je ne me vois pas à tirer les cordes ou à prendre la barre. Mon dos n'en peux plus. Cependant, ces nombreuses années de travail m'ont apporté un grade. Je me charge des stratégies et des missions peu fatigantes mais intellectuelles.
    D'ailleurs, ma mission première à cette heure. Je dois trouver un certain Voorsk Yanovitch, et le mener à un certain endroit. L'ïle Volto. On m'a fournit quelques informations sur lui. Bourru, impulsif, sauvage de caractère. Barbe taillée en pointe, baraqué. On m'a dit qu'il était à Jagathaï Khan en ce moment, et, que comme tout bon pirate, il venait souvent au port.
    Alors que je travaillais sur mon nœud, assis sur un baril du bière, sûrement, je regardais attentivement les passants. J'attendis une demi-heure. Puis il arriva. Ce n'était pas très dur que le repérer, il était assez imposant, en armure. Je souris, et portait ma pipe à la bouche. Je posais mon nœud et allumait mon tabac, puis le regardait un instant avant de l'interpeler de ma voix grave et bourrue d'une vieux marin:

    - Eh! Viens par là, toi!

    Il eut l'air méfiant quelques instants, puis s'approcha. Je sentais son pas régulier et déterminé. Il ne devait pas être impressionable facilement.

    - Tu m'as tout l'air d'un bon pirate fort et robuste. Mais que viens-tu faire dans cette ville, matelot? Ce n'est pas ici que l'action a lieu.

    Je remarquai son regard confus, et je portai ma main à ma barbe.

    - Comment? Un pirate de ton statut, et tu n'es pas au courant de ce dont tous les marins parlent en ce moment? Ils s'arrachent la tête pour y parvenir, et sont tous en train de déménager vers d'île de Voldo.

    Fumant ma pipe avec un regard profond, je lui fis signe d'approcher, et rajoutai à voix basse:

    - On raconte qu'un trésor mystérieux y est caché. Personne ne sait ce que c'est. Si c'est une carte, de l'or, un objet précieux... C'est le jeu. Le premier à le trouver deviendra sûrement...

    Je jetai la tête en arrière, levant ma pipe au ciel:

    - Le plus grand pirate de tout le siècle!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ohay, pirate! [PV Voorsk Yanovitch]   Dim 6 Mai - 9:48

Le matin à Jagathaï Khan, c’est une bataille épique. Les marchands et escrocs en tous genres se battent contre l’incrédulité de leurs futurs clients éventuels. Leurs armes sont leurs langues et leurs mains. Ils crient à tout va.

-«Comment ça, mon remède contre les morsures de serpents est composé à moitié d’eau et à moitié de jus de betterave? Regardez, je le verse sur le serpent et il meurt sur le coup. Comment ça ce n’est pas une preuve? Bien sûr, que c’est une preuve! Et si le serpent vous attaque, vous serez bien content d’avoir quelque chose pour vous défendre.

-Jeune homme, cette amulette, elle est tellement antique qu’elle n’est plus antique! Elle te protège de tout: accidents de zeppelin, coups de couteau… Les autres amulettes sont identiques? Oui, eh bien, hum… Nos spécialistes présument qu’il s’agissait d’un lot d’amulettes surpuissantes, ou quelque chose dans ce goût là…

-Mes tomates elles sont pourries? Mais pas du tout! Elles sont juste un peu talées, mais ça ne nuit en rien à leur goût, et parfois bien au contraire! Ah bon? Vous pensez que ce n’est pas une bonne idée de mettre le poisson à côté des légumes? Mais, il pue pas mon poisson, il sent bon la mer!

-Pourquoi l’étui est en lambeaux? Eh bien, parce que mes couteaux coupent si bien qu’ils abîment même leurs étuis. Non, non, bien sûr qu’ils ne sont pas d‘occasion!»


Les voleurs à la tire se battent contre les poches de leurs clients. Leurs armes sont leurs doigts. Ils affluent de toutes parts, signant un traité, une alliance commune contre ces maudits orifices de pantalons, ces damnées fentes de tissu!
Et il y en a bien d’autres, des participants, à cette éternelle guerre. Et leurs armes sont variées, chacun à la sienne. Et, contrairement à la plupart des guerres, celle-ci fait vivre la ville au lieu de la détruire.
Enfin, Voorsk Yanovitch atteignit le port, fendant la cohue des combattants de ses larges épaules, imperméable aussi bien aux interpellations des marchands (les citadins développent souvent un voile auditif destiner à assourdir ces cris intempestifs) qu’aux mains baladeuses (son armure protégeait fort bien ses poches). Un vieux marin, qui dénouait de vieux cordages, cria son nom.


-«Eh! Viens par là, toi!»

Voorsk s’approcha, méfiant. Ici, on ne se faisait interpeller nominalement que très rarement, même par ses amis.


-«Tu m'as tout l'air d'un bon pirate fort et robuste. Mais que viens-tu faire dans cette ville, matelot? Ce n'est pas ici que l'action a lieu.

-Et qu’est-ce qui te fait croire que je recherche l’action? Je suis ici chez moi…»


Une lueur d’incompréhension traversa son regard. Comment ça «Ce n’est pas ici que l’action à lieu»? Que voulait dire le vieillard?


-«Comment? Un pirate de ton statut, et tu n'es pas au courant de ce dont tous les marins parlent en ce moment? Ils s'arrachent la tête pour y parvenir, et sont tous en train de déménager vers d'île de Voldo.

-On t’a mal renseigné, l’ancêtre. Je suis un pirate aérien! C’est-à-dire que je ne possède ni navire, ni équipage au port! Et puis, admettons que j’en ai un. L’île de Voldo? Jamais entendu parler. Pourquoi tout le monde déménagerait là-bas?»


En vérité, Voorsk possédait en plus de son zeppelin un bateau, et pouvait recruter un équipage à Jagathaï Khan sans trop de difficultés. Il ne préférait cependant pas l’ébruiter. Le marin se pencha un peu, et continua de sa voix légèrement éraillée.


-«On raconte qu'un trésor mystérieux y est caché. Personne ne sait ce que c'est. Si c'est une carte, de l'or, un objet précieux... C'est le jeu. Le premier à le trouver deviendra sûrement... Le plus grand pirate de tout le siècle!»

Voorsk éclata de rire.

-«Un jeu? Pour devenir «le plus grand pirate de tout le siècle»? Quelle idée saugrenue! La piraterie n’est pas un jeu!»

Voyant l’air sérieux que venait de prendre le marin, il se calma, et attendit des éclaircissements.

[Désolé pour la lenteur de réponse, désormais, je serais plus disponible, et donc répondrais en conséquence.]
Revenir en haut Aller en bas
La Plume
Scribouillard tout puissant

avatar


Messages : 324
Date d'inscription : 22/04/2011

MessageSujet: Re: Ohay, pirate! [PV Voorsk Yanovitch]   Ven 11 Mai - 18:12

Le vieux pirate désespéra, quelle jeunesse franchement ... Mais ce gringalet avait finalement l'air intéressé par son petit discours. Si il voulait qu'il accepte le marché qu'il avait à lui proposer, il allait devoir faire quelques éclaircissement. Depuis le temps qu'il voulait compter son histoire:

- La quête du siècle petit gars ! Mais si tu veux en savoir plus, paye moi un verre dans cette taverne.

De sa main pleine d'arthrite il désigna l'auberge mal famé monté sur pilotis au dessus d'un quais. De la mauvaise musique en émanait et plusieurs filles de joies étaient postées devant l'entrée en aguichant les passants.

- Je te raconterai alors la plus incroyable et la plus fascinante histoire que tu n'ais jamais entendus. Il y a de l'or à la clés petit gars ... beaucoup d'or ....

Il lui sourit alors de toute ces dents jaunâtres, son haleine empestant le poisson cru, et son visage suppliant soulignait le manque d'alcool de cet homme. Il attendait de voir si ce jeune gringalet allait accepter son offre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ohay, pirate! [PV Voorsk Yanovitch]   Dim 13 Mai - 8:05

Le marin le regarda d’un air entendu, et annonça:

-«La quête du siècle petit gars ! Mais si tu veux en savoir plus, paye moi un verre dans cette taverne.»

Il désigna l’établissement connu à Jagathaï Khan sous le sobriquet de «perdition», car y entrer, selon les racontars, suffisait pour perdre son âme. Voorsk n’y accordait pas crédit. Déjà, s’il avait eu une âme, il l’avait perdue depuis longtemps. Et puis, d’autres lieux de débauche, bien pires encore, existaient dans la ville. Mais la taverne restait un lieu fréquenté par la lie de la société de Jagathaï Khan (la lie de la lie, donc), qui proposait un assortiment d’alcools raffinés dans la cave, et dont une seule gorgée pouvait vous mettre à terre, et de filles de joie de qualité moindre. L’autre continua:

-«Je te raconterai alors la plus incroyable et la plus fascinante histoire que tu n'ai jamais entendu. Il y a de l'or à la clés petit gars... beaucoup d'or...»


«Beaucoup d’or»? Hum… L’affaire prenait un tour intéressant. D’un autre côté, si le vieux savait où trouver de l’or, pourquoi le lui confierait-il. Il réfléchit quelques instants, puis se dirigea vers la «perdition».

-«Bon, tu me raconteras toute ton histoire, l’ancêtre. Mais fais attention à ne pas me faire perdre trop de temps.»

Ils s’installèrent devant deux chopes d’un liquide désigné par le patron sous le nom de «bière», mais ressemblant plutôt à de la boue fermentée. Il attendit que l’autre commence à parler.

Revenir en haut Aller en bas
La Plume
Scribouillard tout puissant

avatar


Messages : 324
Date d'inscription : 22/04/2011

MessageSujet: Re: Ohay, pirate! [PV Voorsk Yanovitch]   Sam 26 Mai - 8:59

Heureux de se faire offrir un verre par ce jeune pirate, le vieux loup de mer s'installa sur la chaise en face de Voorsk. Il tira une dernière bouffée de sa pipe avant de la ranger à l'intérieur de sa veste. Son intérêt se tourna maintenant vers la grosse chopine de bière qu'on lui servit.
Il avala d'un trait la moitié de son verre et s’essuya la barbe avant de commencer son histoire:

- Voilà p'tit gars, c'était il y a 5 ans lorsque je gagnais honnêtement ma vie sur l'un des prestigieux navire de commerce de la Flotte d'Argent du Prince Sulfira, le Yagatoska. Enfin, je refilais surtout des tuyaux à mes "amis" sur les destinations des navires marchand de l'île de Shaïkos, de sacrés coup nous avons fait là. Je me souviens d'ailleurs la fois où ...

Voyant que son interlocuteur s''était rendu compte qu'il s'éloignait de plus en plus du sujet initiale, et que celui-ci n'avait pas l'air d'être extrêmement patient, le vieux loup de mer se repris:

- Oui ... bref ... J'étais donc embarqué à bord du Yagoska en route pour Heloron, les cales chargées d'or et de bijoux pour une grande entreprise du Continent. J'avais mis la bande sur le coup et ils devaient nous intercepter juste après notre première escale de ravitaillement. Mais nous n'atteignîmes jamais la première escale.

Le vieux repris une gorgée pour se désaltéré, ce geste annonçant la partie la plus intéressante de son histoire:

- La nuit commençait à tomber et nous longions les côtes de cette fameuse île, l'île de Voldo. Il faisait un de ces brouillard, de la vrai purée de pois. On y voyait comme dans le cul d'une vache. Tout était tranquille jusqu'à ce des matelots paniques, affirmant avoir vu quelque chose roder à travers le brouillard. On les prenait pour fou jusqu'à ce que le navire soit violemment percuté sur le flanc bâbord. Une deuxième secousse eu lieux à tribord cette fois, envoyant valser l'équipage. Nous étions trop loin des récifs de l'île pour que ce soit ça.
Le capitaine avait lancé le branle bas de combat, mais il était déjà trop tard ... Le navire fit une embardée puis la coque se plia comme compressée par une force invisible vers l'île. C'était la panique à bord, j'essayais de me frayer un chemin jusqu'aux chaloupes lorsque je l'ai vu ... la Bête !


D'un geste brusque il vida sa choppe comme pour se donner du courage, afin de finir son histoire.

- Enfin, je ne l'ai réellement vu, mais l'une de ces énormes tentacules qui retenait le vaisseau et qui l’emmenait vers les récifs de l'île. Et ...

Le vieil homme s'arrêta, regardant sa choppe vide puis Voorsk qui semblait s'impatienter.

- ... Et ensuite plus rien. J'ai pris un énorme coup sur la tête et je me suis réveillé dans une chaloupe avec deux autres marins miraculés.
Sachant l'énorme filon qui se trouvait près de cette île, et je te parle de centaines de lingots d'or p'tit gars, je me suis arrangé pour être le dernier survivant du nauffrage ...
Ensuite je me suis mis à la recherche d'un équipage qui voudrait me suivre jusqu'à l'île mais on me traitait de fou.

C'est pourquoi je te propose ce marché: Tu m'emmène avec toi jusqu'au lieux que je t'indiquerai, et on fait 60 / 40 pour moi. Marché conclu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ohay, pirate! [PV Voorsk Yanovitch]   Mar 5 Juin - 14:45

Apparemment au comble du bonheur, le vieux pirate tira une dernière bouffée amoureuse de sa pipe avant de s’intéresser à sa chope de bière. Perplexe, Voorsk attendait qu’il s’explique.

-«Voilà p'tit gars, c'était il y a 5 ans lorsque je gagnais honnêtement ma vie sur l'un des prestigieux navire de commerce de la Flotte d'Argent du Prince Sulfira, le Yagatoska. Enfin, je refilais surtout des tuyaux à mes "amis" sur les destinations des navires marchand de l'île de Shaïkos, de sacrés coup nous avons fait là. Je me souviens d'ailleurs la fois où ...»


Voorsk connaissait ce genre de combinaisons, pour l’avoir pratiqué à multiples reprises. On infiltrait un informateur dans la flotte qu’on souhaitait piller et… Généralement, cela se terminait mal pour l’informateur, il était donc surprenant que son interlocuteur puisse encore boire sa bière tranquillement en face de lui.

-«Oui ... bref ... J'étais donc embarqué à bord du Yagoska en route pour Heloron, les cales chargées d'or et de bijoux pour une grande entreprise du Continent. J'avais mis la bande sur le coup et ils devaient nous intercepter juste après notre première escale de ravitaillement. Mais nous n'atteignîmes jamais la première escale.»

Il ajoutait à son histoire une touche mélodramatique qui lui venait sûrement d’habitudes ancrées de conteur, et cela déplaisait fortement à Voorsk: il n’allait pas pouvoir s’empêcher d’inventer des passages et des évènements.

-«La nuit commençait à tomber et nous longions les côtes de cette fameuse île, l'île de Voldo. Il faisait un de ces brouillards, de la vraie purée de pois. On y voyait comme dans le cul d'une vache. Tout était tranquille jusqu'à ce des matelots paniques, affirmant avoir vu quelque chose roder à travers le brouillard. On les prenait pour fou jusqu'à ce que le navire soit violemment percuté sur le flanc bâbord. Une deuxième secousse eu lieux à tribord cette fois, envoyant valser l'équipage. Nous étions trop loin des récifs de l'île pour que ce soit ça. Le capitaine avait lancé le branle-bas de combat, mais il était déjà trop tard ... Le navire fit une embardée puis la coque se plia comme compressée par une force invisible vers l'île. C'était la panique à bord, j'essayais de me frayer un chemin jusqu'aux chaloupes lorsque je l'ai vu ... la Bête!»

Et voilà! Voorsk étouffa un ricanement.

-«La bête? Elle ne résiderait pas dans votre chope de bière, la bête?»

L’autre lui jeta un regard noir.


-«Enfin, je ne l'ai réellement vu, mais l'une de ces énormes tentacules qui retenait le vaisseau et qui l’emmenait vers les récifs de l'île. Et ensuite plus rien. J'ai pris un énorme coup sur la tête et je me suis réveillé dans une chaloupe avec deux autres marins miraculés. Sachant l'énorme filon qui se trouvait près de cette île, et je te parle de centaines de lingots d'or p'tit gars, je me suis arrangé pour être le dernier survivant du naufrage...»

Voorsk poussa un grognement. Cette partie-là, au moins, lui semblait crédible.

-«Ensuite je me suis mis à la recherche d'un équipage qui voudrait me suivre jusqu'à l'île mais on me traitait de fou. C'est pourquoi je te propose ce marché: Tu m'emmène avec toi jusqu'au lieux que je t'indiquerai, et on fait 60 / 40 pour moi. Marché conclu ?»

Cette fois-ci, un hoquet de surprise échappa des lèvres de Voorsk. Incrédule, il observa le visage du marin, puis prit conscience qu’il ne mentait pas.


-«Etant donné que je réquisitionne le navire, paye l’équipage, et combat en cas de danger… Je t’offre 20 pourcents, pas plus. Et tu as intérêt à dire vrai, car si on ne trouve rien, tes tripes finiront dans la mer, et je boirais l’hydromel dans ton crane… Marché conclu?»


Il lui tendit la main.
Revenir en haut Aller en bas
La Plume
Scribouillard tout puissant

avatar


Messages : 324
Date d'inscription : 22/04/2011

MessageSujet: Re: Ohay, pirate! [PV Voorsk Yanovitch]   Sam 9 Juin - 20:34

Pour une fois qu'il tombait sur quelqu'un qui acceptait cette mission, il fallait qu'il tombe sur un rapiat. Le vieux loup de mer se gratta la barbe, il ne serra pas la main de Voorsk, préférant lui proposer sa dernière offre:

- Bon, je te donne 70 et moi 30. C'est ça ou rien p'tit gars. Et j'emmène quelque amis avec moi. C'est pas que je doute de ta parole, mais quand tu aura mon âge tu comprendra qu'on ne peux se fier à personne. Surtout après avoir fais se genre de boulot.

Il lui sourit de toute ses dent jaunes et marrons, ce jeune pirate lui plaisait bien. Il lui rappelait sa jeunesse et les bon temps de la piraterie pur et dure. Celle d'avant son entrée dans la flotte d'Argent comme "balance" pour sa bande.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ohay, pirate! [PV Voorsk Yanovitch]   Dim 10 Juin - 17:00

Il s’attendait à ce que le vieux accepte, mais l’autre continua de négocier.

-«Bon, je te donne 70 et moi 30. C'est ça ou rien p'tit gars. Et j'emmène quelques amis avec moi. Ce n’est pas que je doute de ta parole, mais quand tu auras mon âge tu comprendras qu'on ne peut se fier à personne. Surtout après avoir fait ce genre de boulot.

-Tu m’offres?», gronda Voorsk. «De nous deux, moi seul est en position de donner ou de prendre. Cependant, je me plie à tes conditions, car tu connais l’emplacement qui m’est cher. Mais si jamais le trésor est moins important que tu le dis, ou s’il est carrément inexistant...

Nous partons demain, sois prêt. Viens muni d’une lanterne sur le quai principal, au port.»
Il tendit à nouveau la main.

Revenir en haut Aller en bas
La Plume
Scribouillard tout puissant

avatar


Messages : 324
Date d'inscription : 22/04/2011

MessageSujet: Re: Ohay, pirate! [PV Voorsk Yanovitch]   Mar 12 Juin - 18:17

Le vieux fit mine de réfléchir à nouveau, mais serra finalement la main du capitaine pirate:

- Marché conclu p'tit gars. Je serai là demain avec ma lanterne, et mes amis sur le quai principale.

Il lâcha ensuite la main de Voorsk, le sourire aux lèvres:

- Depuis le temps que j'attend ça ! Pouvoir enfin repartir à l'aventure récupérer ce tas d’oseille. Tu ne sais pas à quelle point tu me fait plaisir p'tit gars. Tu verras que je ne t'aurais pas fait perdre ton temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ohay, pirate! [PV Voorsk Yanovitch]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ohay, pirate! [PV Voorsk Yanovitch]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Haldaran :: Archipel Yunaï-Einji :: Jagathaï Khan :: Port-