AccueilAccueil  Cartes  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sur la grande route

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Magnus Flavion
Magister de la Confrérie des Mécamanciens

avatar


Messages : 136
Date d'inscription : 27/04/2011

MessageSujet: Sur la grande route   Dim 1 Mai - 16:18

La voiture sombre de la Confrérie avançait toujours au grand galop au milieu de la ras campagne, croisant sur son bord quelque hameaux, piétons ou troupeaux. La route était devenue terreuse sur cette axe moins emprunté, les roues et les chevaux projetaient derrière eux poussière et gravillons. Cela faisait déjà trois jours que le groupe était parti et sans que le cocher ne l'y avertisse, Magnus savait qu'ils s'arrêteraient ce soir pour changer les chevaux, une occasion de se reposer dans de vrais lits d'une auberge relaie, bien que les sièges de la voiture soient très confortables.

A l'intérieur, c'était le silence. Deux des membres qui accompagnaient Magnus lisaient, un autre essayait tant bien que mal de faire des croquis malgré les légères secousses et le dernier s'était mis en tête de vérifier son fusil long de précision dont la forme changeait littéralement du fusil standard. Celui-ci comprenait une multitude de petites lentilles qui pouvaient coulisser sur la lunette centrale, sur le dessus de la crosse se trouvait une petite bombonne de gaz sous pression dont la flèche de l'indicateur était entre l'orange et le rouge. La forme était assez ergonomique et d'après ce que Magnus avait vu, ce Technomancien savait se servir de son arme qui avait fait mouche trois fois d'affilé sur des bouteilles en verre situées à 800 mètres, mais s'était surement le seul à comprendre comment ajuster toutes ses lentilles pour obtenir le parfait grossissement. A force de concevoir et d'améliorer des armes, les membres de la Confrérie étaient devenus de bons tireurs et excellaient surtout dans le tir de précision, pour ceux qui n'avait pas d'accident répété sur le champ de tir.
Magnus avait son propre attirails sur lui, comme les quatre Techomanciens qui l'accompagnaient à n'en point douter. C'était une façon de se sentir plus en sécurité dans ce genre d'environnement.

Magnus écarta légèrement le rideau pour se tenir au courant de ce qu'il y avait à l'extérieur. Le soleil, bien que caché par d'épais nuages gris, allait bientôt se coucher, au loin on pouvait observer quelques petites ferme dont les bâtisses n'avaient pas changé depuis plusieurs siècles. Un léger bruit ce fit entendre qui devenait plus rapide. Magnus ouvrit la fenêtre et sortit sa main, sentant les gouttes d'eau tomber sur ses gants.


- Géniale. soupira t-il. Comme si le voyage n'était pas déjà assez long.

La pluie devenait torrentielle au fur et à mesure que les nuages devenaient noir par l'obscurité et c'est l'orage qui ajouta une touche finale à la scène. La voiture du Comte tourna à droite en direction de l'auberge qui se trouvait en contre-bas de la route principale à environ 200 mètres. Le cocher tira sur les rennes et stoppa les six chevaux devant la vielle auberge.
Magnus regarda par la fenêtre et essaya de déchiffrer le nom de l'établissement à travers le rideau de pluie.


AUBERGE DU BARDE REPU


Le cocher, coiffé de son haut de forme dégoulinant d'eau, ouvrit la porte de la voiture et annonça à Magnus:

- Monsieur le Comte, continuer augmenterait le risque de nous embourber, il va falloir passer la nuit ici et nous verrons demain si nous pourrons repartir.

- Très bien Charles, nous allons réserver nos chambres. Répondit Magnus tout en indiquant à ses quatre compères de le suivre.

Le Comte de Flavion mit les deux pieds dans la boue et marcha rapidement vers l'entrée de l'auberge, suivit de près pas ses hommes. Le propriétaire, ayant entendu l'arrivé du Comte, ouvrit la porte et les laissa entrer. Les Cinq hommes, tous habillés de long manteaux noir et les bottes en cuir légèrement recouverte de boue, se dépêchèrent de ce mettre au sec. Une fois à l'intérieur, Magnus s'approche de l'aubergiste:

- Bonsoir monsieur, je suis le Comte de Flavion et désirerais obtenir une chambres pour moi et mes hommes, ainsi que souper si c'est encore possible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Plume
Scribouillard tout puissant

avatar


Messages : 324
Date d'inscription : 22/04/2011

MessageSujet: Re: Sur la grande route   Dim 8 Mai - 19:24


Le tavernier... Son air renfrogné dissimule un bonhomme jovial à la langue bien pendue. Notre ami compense sa petite taille par une verve sans pareil et un savoir passablement impressionnant de tous les commérages et autres rumeurs de la région. Si quelqu’un sait quelque chose, Roger sera probablement cet homme. Prenez garde cependant, après tout la ligne qui sépare vérités et ragots est parfois plus que fine.

Tandis que l’aubergiste passait un chiffon humide sur une table fraichement quittée la pluie frappait inlassablement contre les fenêtres, s’écrasant en énormes gouttes sur le verre épais.
Quel temps… Il n’aurait pas osé mettre un chien dehors, alors quant à penser à d’éventuels voyageurs… Quelle personne censée voyagerait sciemment sous de pareilles trombes d’eau ? Personne assurément, à moins d’être sérieusement fêlé ou d’éprouver un attrait particulier pour la boue, l’eau, la boue, la boue ou encore l’eau. Mais il arrivait visiblement à Zek de se tromper, car à peine en était-il là dans ses pensées qu’un hennissement couvrit le bruit de la pluie et lui signala les nouveaux arrivants, auxquels il ouvrit la porte avec un sourire accueillant. Toujours faire bonne figure auprès du client, toujours. Et le moins qu’il aurait pu dire sur ceux-ci, c’est que malgré leur état passablement boueux ils ne devaient pas être de simples ouvriers, comme en témoignaient leurs tenues noires et sobres, qu’il jugea néanmoins de bonne qualité.

- Bonsoir monsieur, je suis le Comte de Flavion et désirerais obtenir une chambre pour moi et mes hommes, ainsi que souper si c'est encore possible.
- Nous nous faisons un devoir de satisfaire l’appétit de nos clients, Milord, ma femme et moi-même nous feront un plaisir de vous servir.

Avec un sourire mielleux il s’inclina légèrement, indiquant une table libre au fond de l’auberge avant de s’y diriger, leur faisant signe de le suivre.

- Dois-je prévoir une chambre par personne et une supplémentaire pour votre cocher ? Vous devez entreprendre un bien long voyage pour être si nombreux. Quoiqu’avec les temps qui courent on n’est jamais trop prudents vous avez raison, avec c’qui traine sur les routes…

Zek s’accorda un petit rire, comme à l’annonce d’une bonne plaisanterie, et tira la chaise au Comte pour qu’il s’asseye.

- Enfin… qu’est ce que je vous sers ? Yolande est la meilleure cuisinière que j’connaisse, vous pouvez être rassurés sur ce point !


Dernière édition par La Plume le Mer 25 Mai - 19:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Magnus Flavion
Magister de la Confrérie des Mécamanciens

avatar


Messages : 136
Date d'inscription : 27/04/2011

MessageSujet: Re: Sur la grande route   Dim 8 Mai - 20:50

Magnus enleva l'eau de sur son épaule d'un coup de main gantée. Puis après que le tavernier eu finis de parler, n'ayant esquissé ne serais-ce qu'un sourire à son discours de tavernier, il répondit:

- Une chambre pour moi, une chambre de quatre lits pour mes hommes et une petite pour mon cocher. Avec ce froid et cette pluie, dormir dans l'écurie me semble peut convenable.

Il regarda les quatre Technomanciens, leur indiquant de venir s'asseoir autour de la table. Magnus prit la chaise en bout de table, celle que l'aubergiste lui avait tiré. Une fois assit il demanda :

- Servez-nous votre meilleur vin je vous pris. Et si votre cuisinière est aussi douée, alors nous nous ferons un plaisir de déguster ce qu'elle a de meilleur à offrir.

Une fois que le tavernier fut parti passer commande en cuisine, le comte Magnus s'adressa à ses hommes:

- Il nous reste trois jours de voyage au mieux, nous ne devrions pas rencontrer de problème jusqu'à Farvaz mais il faudra rester vigilant, surtout de nuit. C'est pour ça qu'il faudra que vous relayez à côté de Charles, au cas ou des ennuis débarqueraient de nul part.
Une fois à Farvaz, vous deux vous savez ce que vous avez à faire et on se retrouve comme convenue au point de rendez-vous. Quand à vous autres, vous m'accompagnerez jusque chez notre ami "Le Scribe", nous irons retirer la commande que je lui ai passée dernièrement.

Les quatre hommes acquiecèrent, les étapes de la mission avaient été répété plusieurs fois mais il valait mieux s'en assurer. L'un des Techomanciens prit néanmoins la parole:

- Magister, pourrions-nous connaitre les étapes qui suivrons la deuxième phase. Ceci afin d'être mieux préparé au éventuels ...

Magnus le coupa et lui répondit d'un ton neutre:

- Seulement une fois que tout sera terminé Quantus. Si cela ce passe mal, bien que j'en doute, et si la milice gouvernementale nous met la main dessus, n'importe lequel d'entre nous pourrait mettre la Confrérie en danger.
Mais si vous ne me faite pas confiance, il faut le dire tout de suite Quantus.

Le membre de la Confrérie baissa la tête:

- Non, bien sûre que non Magister. Nous avons tous prêté serment et vous ...

Au même moment, l'aubergiste revint avec deux bouteilles sous le ras et un plateau sur lequel reposait plusieurs verres. Il sifflotait gaiement, disposant les verres devant les cinq hommes en noir, le tout sur des notes différentes.

- Le ragoût de mouton aux patates choux-fleurs sera bientôt prêt, si vous avez besoin de quoi que ce soit, je suis au comptoir.

Magnus remercia l'aubergiste et leva son verre, il jeta un rapide coup d'oeuil pour savoir si l'aubergiste se trouvait hors de porté de voix puis déclara:

- Si nous réussissons, ceci ne sera que le début de notre hégémonie. Messieur, à la Confrérie des Mécamanciens.

- A la confrérie. Répondirent en coeur la petite assemblée en levant leur verre.

[Suite à venir]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Magnus Flavion
Magister de la Confrérie des Mécamanciens

avatar


Messages : 136
Date d'inscription : 27/04/2011

MessageSujet: Re: Sur la grande route   Mar 10 Mai - 14:47

Après le repas, servi par notre ami l'aubergiste, Magnus et ses hommes quittèrent la table pour aller se coucher, aspirant dorénavent au repos. Mais c'était surtout le fameux ragoût de la cuisinière qui pesait lourd dans leur estomac et leur suppliaient d'aller digérer sur un matelat confortable.

Pendant la nuit la pluie cessa de tomber, ce qui ne fut pas pour déplaire à nos voyageurs qui étaient impatient de ce remettre en route, surtout Magnus. Après un bon petit déjeuné, les hommes de la confrérie sortirent afin de vérifier la voiture. Le Comte de Flavion se présenta devant le petit homme situé derrière son comptoir, en train de nettoyer des verres.
Tout en sortant sa bourse, l'aubergiste lui annonça:


- Pour la nuit et les repas, et je suppose que vous payez pour vos amis, ça vous fera 53 pièces d'argent Milord.

Magnus sorti de sa bourse 60 pièces qu'il déposa devant l'aubergiste.

- Gardez la monnaie, c'est pour l'excellent ragoût de la cuisinière.

L'aubergiste remercia grassement le Comte et rangea soigneusement les pièces dans le tiroir-caisse. Magnus remit son gant à la main droite puis salua le petit homme:

- Au plaisir.

- Merci Milord, vous aussi. Et bonne route.

Magnus sortit de l'auberge, le sol était encore légèrement boueux mais avec ce beau soleil ils ne risqueraient pas de s'embourber sur la grande route. Charles avait fait avancer la voiture et les quatres hommes de Magnus se tenaient à côté, l'un d'eux lui ouvrant la portière.
Une fois tout le monde en voiture, le cochet donna le départ et la voiture prit la direction de la grande route.


Les roues de la voiture soulevaient des gerbes de boue et d'eau derrière elle, mais la route était malgrés tout praticable.
Il était encore tôt et le soleil était à peine levé. Le trajet jusqu'à Farvaz devrait ce faire dans la tranquillité, du moins c'est ce qu'éspèrait tout le monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Plume
Scribouillard tout puissant

avatar


Messages : 324
Date d'inscription : 22/04/2011

MessageSujet: Re: Sur la grande route   Sam 14 Mai - 15:14

« du moins c'est ce qu'espérait tout le monde. »


… mais c’était compter sans la Plume. Quoi de plus amusant que de présenter aux aventureux mes charmants amis ? Variés, de toutes races et de tous types, et souvent tellement affectueux…
Mais la décision ne m’appartient malheureusement pas... Que les dés soient donc jetés ~



Si les dés décident qu'aucun élément n'intervienne je rendrai les armes et les choses reprendront leur cours comme si je n'étais jamais passée...


Dernière édition par La Plume le Sam 14 Mai - 15:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Plume
Scribouillard tout puissant

avatar


Messages : 324
Date d'inscription : 22/04/2011

MessageSujet: Re: Sur la grande route   Sam 14 Mai - 15:14

Le membre 'La Plume' a effectué l'action suivante : Quand la Plume intervient...

#1 'Rencontre ? Degré 2' :


--------------------------------

#2 'Niveau de danger' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sur la grande route   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sur la grande route

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Haldaran :: Haute Haldaran :: Plaine du Nord-