AccueilAccueil  Cartes  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le coup de pouce

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mark Seymore

avatar


Messages : 25
Date d'inscription : 28/04/2011

MessageSujet: Le coup de pouce   Mer 18 Mai - 7:42

- Et donc vous affirmez que ces ancien "postes" comme vous dîtes gardaient les coordonnées des villes les plus importantes.

Mark avait du mal à croire le vieil homme qui n'arrêtait pas de parler depuis plus d'une heure. après la conférence, il l'avait invité à prendre un verre dans un bar de bonne réputation qui offrait des endroits tranquils et espacé pour pouvoir discuter "business". Comme les deux hommes n'aimait pas discuter longuement sans un raffraichissement, ils se faisait apporter des verres de scotch.

- Exactement, je suis persuadé que tout ces "temples" ou "nécropoles" ne sont en fait que des anciens avants postes militaires au sein de l'archipel. Ils guardaient les coordonnées des autres postes pour garder le contact par bateau et les avertirs de tout problèmes.

- Alors ça veut dire que si ils avaient les coordonnées des autres postes pour communiquer et avertir ...

- Ils y avait focément qu'elle que chose à défendre, des villes, et pourquoi pas leur capitale !

- Arrête l'alcool papi, depuis que l'achéologie existe, personne n'a trouvé de telles édifices. J'ai moi même trouvé la plus grande ruine jamais découverte, et ce fut presque par hasard
(ce détail lui échappa en même temps qu'un hoquet, ces lecteurs ne devait pas savoir).

- De ... ?

- Nan, je disais que la plus grande ruine jamais découverte était grande certe mais ne dépasait pas la taille d'un village. Et encore, tout ce qui dépassait du sol était les restes d'une tour et quelques fondations, 90% de sa surface "habitable" était souterraine. Mais on pouvait faire vivre 300 personnes à tout casser alors une capitale. Tss, vous me faites rire tien.


- Vous venez de le dire vous même, pourquoi n'a-t-on jamais découvert les ruines de leur grandes centre urbain ou de leur capitale à ces aldélaydes. Peut-être qu'on ne les a pas vu au premier coup d'oeuil, peut-être qu'ils étaient bien plaqués justement.

Mark attrapa son verre et regarda le ragarda attentivement tout en réfléchissant à ce que venait de lui dire le vieil homme. Puis il équarquilla les yeux, spontanément il vida son verre et le reposa sur la table d'un coup sec en s'écriant:

- Par le grand Astérion !!

Les autres personnes, bien qu'éloigné, les regardèrent en leur faisant comprendre qu'ils parlaient un peut trop fort:

- Ouai ouai, désolé ...

- Je crois que nous devrions arrêter les boisson mon jeune ami.

- Nan nan nan, attendez ... vous voulez mz faire croire que leur villes sont souterraines ?

- Ai-je vraiment besoin de vous le faire croire, vous vous en êtes persuadez vous même non ?


Mark ouvrit la bouche et resta comme ça au moins dix seconde avant de comprendre qu'effectivement, il avait raison.Il s'affala dans son fauteuil tout en regardant dans le vide.

- Une capitale souterraine ... ce serait ...

- ... Magnifique. Un savoir-faire architecturale impressionnant pour une civilisation qui date de plus de 5000 ans, nous nous doutions qu'elle possédait une certaine avancé poour l'époque mais à ce point. C'est délirant et pourtant, c'est la seul explication possible.


Mark resta silencieux, digérant cette nouvelle hypothèse qui ne faisait que lui envahir l'esprit. Puis un détail le tica:

- Mais, pourquoi une civilisation aussi avancé au niveau des techniques avait besoin d'un telle système de défense ? et quand on se terre, c'est qu'on se cache, de quoi avait-elle peur ?

Pour seul réponse, le vieillard se leva et tendit une carte vers le professeur d'université.

- A cette question, vous seul pouvez répondre. Mes connaissances s'arrêtes là. J'étais moi aussi un grand spécialiste des aldélaydes, mais pas autant que vous, et comme vous pouvez le voir, je n'ai pas votre jeune âge. Je suis sûre que vous trouverez quelques chose, si jamais c'est le cas, voici ma carte, je me ferais une joie de vous aider dans votre entreprise.

Mark prit la carte du vieillard et lui serra la main.

- Je dois prendre conget maintenant, ce fut un plaisir cher professeur.

- Moi de même monsieur.


Le vieillard rechossa ses lunnettes et sortit de l'établissement. Mark se rassit dans le fauteuil et regarda la carte que venait de lui donner le vieil homme:

- Docteur Mc Einry hein ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mark Seymore

avatar


Messages : 25
Date d'inscription : 28/04/2011

MessageSujet: Re: Le coup de pouce   Sam 18 Juin - 21:26

La clochette sur le côté de la porte retentit plusieurs fois avant qu'un vieil homme en robe de chambre ne daigne ouvrir. Mark entra sans même regarder son interlocuteur, laissant tomber quelques feuilles sur son passage, en s'écriant.

- Vous aviez raison ! Vous aviez raison ! J'ai trouvé, hé hé !!

Le Docteur Mc Heinry referma la porte et ajusta ses petites lunettes. Mark lui était occupé à ramasser ses feuilles et à rire, se posant comme si il était chez lui sur la table du salon. Il étala des cartes et posa son doigt plusieurs fois sur un endroit précis.

- Là, c'est là ! Sur un rivage qui borde la terre sombre. Tout concorde, comme vous l'aviez supposé.

Le vieillard regarda de plus près, un sourir se dessinant sur son visage.

- Magnifique ... mais ... ces cartes sont à vous ?

Mark détourna le regard, voulant éviter le sujet, se concentrant sur l'endroit que désignait tout ces tracés. Le docteur se retourna et prit deux verres posés sur le buffet.

- Je crois que vous venez de réaliser l'une des plus grosses découvertes archéologiques de notre époque mon jeune ami. Vous méritez au moins un verre.

Il posa les deux verres sur la table, versant dans chacun d'eux un doigt d'alcool régional.

- Votre prochaine conférence va faire un malheur au sein de la communauté universitaire de ...

- Quoi ?! Vous plaisantez ? Je n'ai là qu'un emplacement, qu'est-ce qui me dit qu'il y a bien là bas la cité recherchée. Non ... je vais allez là bas d'abord, ensuite je retournerais faire le pitre devant une assemblé de boutonneux et de vieux fossiles.


Le Docteur se racla la gorge.

- Ha oui, désolé, ce n'est pas contre vous.

- Aucun problème ... mais comment comptez vous vous y rendre ? C'est inaccessible par la côte et ...

- Par la terre ferme, c'est le seul moyen.


Le Docteur resta interdit un moment, le verre à dix centimètres de ses lèvres. Il reconsidéra ensuite les dernières parole du professeur. Puis il reposa le verre sur la table.

- Vous êtes fou mon garçon. Vous allez devoir traverser les grandes plaines, les montagnes grises, et si vous avez de la chance une meute de barbares qui vous attendra, ensuite les Terres Sombres où personnes n'en est jamais revenue, du moins pas à ma connaissance et après il y aura ....

Mark n'écoutait pas, il réfléchissait à autre chose, c'était une occasion inespéré pour lui, pour sa carrière, il se ferait enfin connaitre d'un autre public que ses élèves.

- Oui oui, vous avez raison.

- Avez-vous au moins entendus un seul mot de ce que je viens de vous dire ?

- Hein ? ...

- Laissez tomber ...


Le vieux Docteur s'assit dans un des fauteuils en cuir rembourré de son salon. Mark était toujours debout, songeur.

- Quoi que vous fassiez, je vous aiderais, cela fais bien longtemps que je n'ai rien vu d'aussi intriguant. Une cité perdue des aldelahydes ...

- Sauf votre respect, Docteur, vous ne tiendrais pas les cents premiers kilomètres de voyages.

- NON MAIS OH !!! Je suis vieux mais encore plein de ressource jeune homme !

- Excusez moi, mais c'est une véritable expédition, pas une pro ...

- Oui oui, je sais où ce que vous voulez dire, et vous avez raison. Mais je ne parlais pas de ce genre d'aide.

- Où voulez-vous en venir ?


Le Docteur croisa les mains sur son ventre et regarda le jeune professeur dans les yeux.

- Grâce à ma famille et surtout à mon travail, j'ai amassé une petite fortune durant ces dernières années ...

- ça doit faire un moment alors ...


Le vieil homme resta la bouche ouverte, comme interloqué par la dernière phrase de Mark.

- Oui, excusez-moi, continuez.

- Comme je le disais, j'ai de côté une petite fortune que je gardais pour mes vieux jours. Mais bon, à par la lecture et les conférences ennuyeuses de gens ennuyant ...

- Heu, s'il vous plait !

- Vous l'avez cherché non ?


Un sourire se dessina sur mark, suivit d'un rictus sur celui du Docteur.

- Donc, je vais investir une grande partie de cette fortune dans notre entreprise.

- J'ai mes propres économie vous savez, je suis parfaitement capable de ...


- Ne soyez pas ridicule professeur. On parle d'un grande expédition, pas d'une escale sur les plages de Daïman. Il va vous falloir du matériel, un transport, du ravitaillement, des hommes et une protection.
Je vous dois bien ça, vous avez ravivez en un vieillard une flamme que je croyais éteinte. Je n'ai jamais autant été excité.


- Si vous y tenez.

Mc Heinry frappa dans ses main en appelant:

- Ebner !

Une silhouette apparut quelque secondes plus tard dans l’entrebâillement de la porte du vestibule. C'était un homme de grande taille au visage inexpressif, habillé d'un costume noir et portant des gants de cuir.

- Monsieur ?

- Professeur Mark Seymore, je vous présente Ebner, Ebner, Professeur Mark Seymore.


Ebner hocha la tête en signe de salut.

- Ebner est comme qui dirait mon "majordome", il s'occupe de tout ici et m'aide dans mes affaires. C'est une personne dans laquelle j'ai une absolue confiance. Il vous accompagnera et vous aidera à trouver ce dont vous avez besoin. il n'a jamais faillit et est l'homme à tout faire idéal.
Ebner, vous allez accompagner le professeur pour un petit voyage, et je veux que vous preniez soin de lui.


Mark scruta de haut en bas celui qui allais être son futur "second". Il n'avais jamais su jauger la valeur d'un homme au premier regard, encore moins sur le long terme. Cela lui avait d’ailleurs vallu quelque mésaventure dans le passé. Cette Ebner avais un air totalement neutre, voir inexpressif, mais si il était aussi efficace que le ventait le Docteur Mc Heinry, il serait d'un formidable atout pour cette expédition.

- Bien, dans ce cas, mettons nous tout de suite au travail.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Le coup de pouce

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Haldaran :: Basse Haldaran :: Zhian-