AccueilAccueil  Cartes  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le départ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mark Seymore

avatar


Messages : 25
Date d'inscription : 28/04/2011

MessageSujet: Le départ   Ven 15 Juil - 12:29

Mark attendait, assis sur un pignons des quais du port de Zhian. Cela faisait à peine dix minutes qu'il était là et toujours aucun signe de cet Ebner. Depuis une semaine lui et le majordome du docteur Heinry préparaient la futurtexpédition qui les mèneraient dans les Terres Sombres. Mark n'avait eu pratiquement rien à faire, Ebner avait pris lui seul la charge de la gestion du ravitaillement, des hommes et du transport. Le professeur avait eu, quant à lui, à s'occuper de ses propres bagages ... et s'était déjà trop pour lui. Il avait horreur de partir en vacances ou en voyage d'affaire, car il ne savait jamais quoi emporter, tout était pour lui indispensable. Il siégeait donc sur ce fameux pignon à côté d'une pile de bagages et de valise.

L'activité sur le port, en cette matinée légèrement brumeuse, était faible, comme si la ville tournait au ralentie. D'ici, il ne voyait que quelques bateaux à vapeur s'amarrer ou partir des quais, ceux-ci faisant la liaison avec Louhne, la ville jumelle de Zhian. Ce n'était pas encore la saison touristique de la haute, alors les transport ne servaient qu'au travailleurs.

Mark profita de cette attente pour sortir son achat de dernière minute. Mettant la main dans sa poche, il en sortit un revolver de calibre moyen gris métallisé. Le vendeur lui avait certifié que c'était le plus rentable entre le poids, qualité et la précision. Mais celle-ci, il la garderait pour lui, personne ne devait savoir qu'il possédait une arme sur lui. Mark regarda son arme et dit:

- Personne ne part si loin et si longtemps sans un protecteur près de soit, hein ?

Il vérifia si le chargeur était plein puis le referma. Il le pointa ensuite droit devant lui, imaginant un adversaire, puis bruita une explosion avec sa bouche. Il ramena ensuite le revolver vers lui avec un sourir satisfait. Il le fit tourner dans sa main puis, sentant qu'il perdait son équilibre, jongla avec pour éviter qu'il ne tombe dans l'eau. Il s’empêtra les pieds dans une de ses valise et laissa échapper son arme qui tomba au sol, à dix centimètres du bord.
Mark se pencha pour la ramasser et entendit derrière lui:

- Remarquable, vous possédez une dextérité indiscutable.

Le professeur se retourna et découvrit Ebner, avec le même visage inexpressif, debout les mains dans le dos.

- Bonjours Ebner, avec votre tête, je ne saurait jamais quand vous faites plus plaisanterie ou un compliment.

- C'est à monsieur de voir, mais il vous sera plus facile de porter votre arme avec ceci.

Le second de Mark lui tendit un holster en cuir afin de porter son revolver sur le côté du corps. Mark le prit étonné:

- Comment vous avez su que ... ?

- Voyons monsieur, personne ne part si loin et si longtemps sans emporter un protecteur.


Sur ces mots, Ebner se retourna et indiqua à Mark de le suivre.

- Et ... et mes bagages ?

- Ces hommes s'en chargerons monsieur.


Dit Ebner alors qu'il s'éloignait. a ses mots, trois hommes en tenue de travailleur crasseuse sortirent d'un entrepôt et s'emparèrent des valises de Mark tout en lui faisant de grands sourires et des salutations exagérées.
Les trois hommes emboîtèrent ensuite le pas à Ebner, chargé comme des mulets. Mark resta sur le quai quelque seconde, seul, puis entreprit de les suivre, se hâtant pour rattraper le groupe qui venait de tourner après une grue mécanique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mark Seymore

avatar


Messages : 25
Date d'inscription : 28/04/2011

MessageSujet: Re: Le départ   Lun 1 Aoû - 14:45

Mark arriva quelques secondes après Ebner et les "bagagistes" dans un hangar en bordure des quais. Le second de Mark parlait avec une femmes, ayant l'air de négocier quelque chose. Dès qu'il eu fini, il s'approcha du professeur:

- Tout est bon monsieur, nous allons faire les présentations avec le personnel qui nous accompagnera tout le long de se périple.

- Bien bien, et mademoiselle sera du voyage ?


Mark la dévisagea de la tête aux pieds. C'était une femme d'une trentaine d'année à la silhouette élancée. Elle avait les cheveux brun bien long en queue de cheval, et bien lisses. Elle portait des bottes et un grand manteau marron qui cachait le reste de son corps.

"Dommage" se dit Mark qui, sans le savoir, venait de passer légèrement sa langue sur ses lèvres.
Ebner se racla la gorge, se qui sortit Mark de sa pensée érotique. Levant les yeux aux ciel, la femme d'âge mûre s'avança vers le professeur et se présenta.

- Lady Narcia, professeur.

- Vous vous chargez de la popote ?


Dit-il en rigolant. Mark s'était risqué une plaisanterie qui n'avait fait bougé ni Ebner ni cette femme.

- Mademoiselle Narcia se chargera de notre sécurité tout le long du voyage, monsieur.

Mark Seymore éclata de rire et posa sa main sur l'épaule d'Ebner:

- Ha ha ha ... Excellent ... Vous voyez que vous savez plaisanter vous aussi de temps en temps.

Il lui tapota l'épaule avec le sourire jusqu'aux oreilles.

- Sacré Ebner va ...

Mais ni Ebner, ni Narcia ne bougea, regardant le professeur comme un potentiel aliéné. Mark garda son sourires puis redevint peut à peut sérieux.

- Non ... non ...merde ... Une femme, de notre protection. Veuillez m'excuser mais même Ebner pourrait vous filer une raclée.

Le majordome lui lança un regard qui aurait pu transpercer le blindage d'un cuirassier militaire. Il lui écrasa ensuite le pied.

- Je pensais que vous aviez un minimum de conduite ... monsieur.

Narcia le regarda d'un air hautain et ajouta:

- Typique des bouseux des îles. J'ai finie par devenir indifférente à leur seul présence.

Mark ne répondit rien, il savait qu'il l'avait un peut chercher ... un peut. Il remit son col et fit comme si rien ne s'était passé.

- Oui bon, pardonnez moi mais vous seul, comme sa, si on tombe sur des pirates ou des barbares des montagnes, je doute que vous cachiez sous votre manteau de quoi combattre des dizaines de personnes.

- Mes hommes son là pour combler se manque ... professeur.


Des ses yeux vert, elle ne cessa de lui lancer un regard noir puis elle se retourna et se dirigea vers le bassin intérieur du hangar. Ebner regardait toujours Mark avec un profond mépris, puis emboîta le pas à la demoiselle.

- Comme si un sa ne suffisait pas, voilà que j'ai affaire à deux coincés du cul ... il va falloir que je remonte dans l'estime de beaucoup de monde, le voyage promet ...

Murmura Mark en les suivants.
Il arriva au bord du bassin et se posa près de ses bagages qui avaient été empilées à la hâte. Cette Narcia n'avait pas mentie, elle parlait maintenant avec huit hommes habillés de la même façon, en uniforme vert claire, un sac à dos et un chapeaux de colon sur la tête. Ils rappelaient à Mark la milice coloniale de son île natale. Au moins avec ça il se sentait en sécurité, ils portaient chacun un fusil en bandoulière.
Narcia enleva son manteau et le tendit à un de ses hommes qui le prit tout de suite. Elle révéla ainsi à Mark un uniforme vert avec des galons de sergent-major, un sabre pendant sur le côté de sa hanche gauche.


- Des mercenaires.

Grommela Mark. Il n'avait jamais aimé ses gens là,anciens militaires pour la majorité, dont la loyauté dépendait de l'argent versé. Aussi bien roulée soit-elle, Mark aura du mal à lui faire confiance. Mais Ebner semblait savoir exactemment ce qu'il faisait.

- Monsieur, voici le capitaine du navire qui nous conduira jusqu'au larges des Montagnes Grises.

Mark se retourna et vit Ebner en compagnie d'un homme de petite taille assez trapu portnt un tablier taché d'huile et d'autres graisses, et à moitié humain. En effet, le bras gauche de cette homme ainsi que sa jambe droite avait été remplacé par des automails. Son bras ressemblait à un morceau de moteur greffer avec une pince viseuse au bout. Il devait pouvoir y fixer des outils pour son travail. Sa jambe était plus une vielle prothèse sur ressort qui lui permettait néanmoins de rester debout sans canne. Il avait du choisir le pratique plutôt que l’esthétique, et aussi parce que son salaire ne lui permettait pas mieux.
Trop occupé à regarder sa jambe et son bras, Mark ne remarqua pas qu'il possédait un énorme oeil automail dont le globe blanc avec une pupille noir, entouré de métal et de petites tuyaux, pivotait de gauche à droite.

- B'jour M'sieur. Cap'tain Drustos à vot' service.

Il lui tendit une grosse main graisseuse. Mark se demanda si il n'aurait pas préféré serrer sa pince mécanique. Il lui souriat de sa grosse moustache noir, son oeil ne sachant pas où s'orienter.

- Vous s'êtes les bien v'nue à bord de "l'Invincible", mon glorieux navire. On appareil demain à huit heure com' con'vnue.

Mark leva la tête et aperçut dans le dos du capitaine le fameux navire. C'était un petit rafiot sans voile, petit et entièrement motorisé. Un grosse cheminé noircit par la fumeux trônait en son centre et on pouvait distinguer deux grosses roue de chaque côtés du navire relié à l'énorme chaudière de la salle des machines. a rouille était omniprésente et Mark sentait d'ici la grosse odeur de graisse qu'il dégageait, à moins que ce ne Drustos. Il dénombra néanmoins trois mitrailleuse, une sur chaque pont, qui elle semblaient être neuves. Enfin un point positif.
Le capitaine commenta se que Mark observait.

- J'ai pas aimé que ces uniforme vert installe leur artillerie. La mienne suffit amplement. Ce matos ne m'à jamais fait défaut et pas un pirate ne s'y est risqué.

Il devait surement faire allusion au long tube rouillé, que se trouvait être un canon, monté sur un châssis pivotable sur 360°. Vue à quoi il ressemblait, il devait avoir au moins un siècle. Si ça se trouva, il tirait encore des boulet de fonte. Une catapulte n'aurait pas étonné le professeur d'archéologie qui soupira:

- Un voyage grand luxe ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mark Seymore

avatar


Messages : 25
Date d'inscription : 28/04/2011

MessageSujet: Re: Le départ   Ven 12 Aoû - 13:09

Deux heures, deux heures à peine qu'ils étaient partis de Zhian et Mark n'en pouvait plus. Pas de le sens où vous l'entendez, il ne vomissait pas les restes de son petit déjeuné par dessus bord depuis le pont. Bien au contraire, il ne sentait très à l'aise sur un bateau et cela dû à ses nombreuses expéditions qu'il avait effectué ces dernières années. Non, ce qui l'insupportait c'était se môme. Qu'elle idée de l'avoir embarqué avec cette expédition, pourquoi, pourquoi il avait dit oui ? Mais il ne pouvait lui refuser ça, malgré les risques.

- Monsieur Seymore, monsieur ?!

Mark se retourna, blasé, regardant ce mioche de 19 ans dans les yeux. Il avait entendu cette phrase un nombre incalculable de fois depuis leur départ, et il était au bord de la crise de nerf, ou de la dépression.

- Quoi ... encore ... gam ... Wilem ?

Pour Mark s'était un gamin, mais ce môme avait quand même 19 ans, et ne savait pas tenir sa langue.

- J'ai lu votre chapitre sur la croyance des Aldélaydes et j'ai trouvé que ...

Et ça n'en finissait pas, toujours la même chose. Ce Wilem lui récitait tout son bouquin, du moins son dernier ouvrage. Il maudit un instant le Docteur Henry. Il se souvenait encore de ses dernières paroles: " Bon voyage et bonne chance mon chère ami. J'espère que vous trouverez enfin se que vous cherchez. A au fait, je vous présente mon neveu, Wilhem Heinry. C'est un garçon adorable, je me suis occupé de son éducation. Il vous accompagnera dans notre expédition, il est plein de vitalité et cela fera un représentant de la famille Heinry lors de vos découvertes." Maintenant Mark avait la certitude que ce chère Docteur ne mentait pas, fana des Aldélaydes comme son oncle ce mioche était sur son dos tout le temps.
Le professeur Seymore rêva un instant de lui, debout à côté du vieux canon du bateau, le Wilhem servant d'obus et le suppliant de le relâcher "trop tard" se dit-il Il tira sur la ficelle et fit feu avec le canon

- ... sur l'île de Jamarra, non ? Pourquoi vous souriez en me regardant ?

- C'est rien, une pensée agréable.

- C'est bien ça, mon oncle il dit toujours qu'une bonne santé d'esprit est meilleur qu'une bonne santé de corps.

- Ouai, c'set ça ... et tu n'a pas entendu ?

- De quoi ?

- Le cuistot à besoin de toi, et il n'aime pas attendre.

- Ah bon, mais pourtant.


Mark le regarda avec insistance.

- Ne le fais pas attendre.

Sur ses mots, il tourna les talons et alla chercher refuge dans les "appartements" du rafiot. C'était une grande pièce en soute qui comportait des dizaines de hamacs pour tout les membres de l'expédition. Au moins s'était conviviale. Le meilleur s'était qu'il n'y avait pas de séparations entre les hommes et les femmes. " On n'a pas l'habitude d'avoir des femmes à bords,à part l'mécano" avait dit le capitaine Drustos. Bon, à part la lieutenant et la mécaniciennes du bateau, l'expédition ne comprenait que deux autres personnes du sexe opposé. " Et pas trop mal en plus" se dit Mark. Mais il fantasmait plus sur la lieutenant des mercenaires qui, malgré son aire autoritaire et son port constant de son uniforme, laissait l'imagination de Mark déborder.

- Elle est sacrément belle, je me demande comment elle arrive à tenir ses dix chiens de guerre en laisse. Si j'était l'un d'eux, ça aurait fait un moment que je l'aurais ...

Sur ses mots, il se jeta dans son hamac et attendit l'heure du déjeuné. L'odeur forte de la rouille ne l'empêcha pas de s'endormir, et il pensa à se soir, où les femmes devront se changer dernière le rideau blanc. Quelle belle invention que le pyjama.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Plume
Scribouillard tout puissant

avatar


Messages : 324
Date d'inscription : 22/04/2011

MessageSujet: Re: Le départ   Mer 17 Aoû - 16:21

Et les vagues frappent sans relâche la coque des bateaux, portant et abritant de leurs remous les pirates ou les créatures sommeillant dans les bas-fonds...

La mer est un lieu dangereux, les dés déterminent donc un niveau 2.
EDIT ; On dirait bien que la chance m'a abandonnée pour un moment... Aucune mauvaise rencontre pour l'instant, mais je n'ai pas dis mon dernier mot.


Dernière édition par La Plume le Mer 17 Aoû - 16:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Plume
Scribouillard tout puissant

avatar


Messages : 324
Date d'inscription : 22/04/2011

MessageSujet: Re: Le départ   Mer 17 Aoû - 16:21

Le membre 'La Plume' a effectué l'action suivante : Quand la Plume intervient...

#1 'Rencontre ? Degré 2' :


--------------------------------

#2 'Niveau de danger' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mark Seymore

avatar


Messages : 25
Date d'inscription : 28/04/2011

MessageSujet: Re: Le départ   Lun 22 Aoû - 21:34

- Terre à tribord ! Debout bande de moule ! On arrive au point de rendez-vous et j'ai hâte de vous voir déguerpir de mon splendide vaisseaux.

Le capitaine ria et quitta la pièce dans le cliquetis habituel de sa jambe de métal.
Marc émergea de son sommeil comme les autres membres de l'expédition. Il se mit le visages dans les mes puis s'étira.

- Dommage, je commençais à m'habituer au luxe.

Il ramassa son paquetage et deux valise, suivant les autres vers le pont principale. Ebner vérifiait que tout était près avant de débarquer. Marc s'appuya contre la plaque de métal rouillée qui servait de séparation entre eux et l'eau. Il observa la berge dont ils se rapprochaient inexorablement, se dessinant dernière les premiers pics des Montagnes grises.

- Quand je pense qu'il va falloir traverser ses amas de roches avant de poser les pieds en Terre Sombre.

- Heureusement qu'on aura des mules pour les bagages, hein professeur Seymore ?


Marc ne tourna même pas la tête pour voir qui lui parlait, car il le savait. Il lui répondit sans même le regarder.

- Tu ne te repose jamais ? ...

- Si, les mêmes moments que vous quand vous dormez. Mais j'aime bien regardez les étoiles, vous ne trouvez pas que c'est magnifiques ?Mon oncle il dit que ....

Marc avait apprit à fermer ses oreille afin de trier les information qui lui parvenaient, surtout venant de ce môme. C'est comme avec les prédateurs, il faut savoir faire le mort pour survivre.
Le bateau accostait enfin. Le capitaine actionna le levier qui abaissa la rampe. Celle-ci s'écrasa dans l'eau, laissant un espace entre elle et la chaloupe. Les mercenaires de Laidy Narcia embarquèrent pour le premier voyage, afin de sécuriser la plage. Marc le savait mais se gamin semblait ne pas en avoir conscience, dès qu'ils auront posé le pied sur la terre ferme, ils seront en territoire hostile. Au début chez les hommes des montagnes, ensuite en terres Sombres où Marc ne savait pas à qui il devrait le danger, personne ne connaissant véritablement cette contrée.

- ... d'autres planètes. Vous pensez qu'on pourra un jour aller sur d'autres planètes ?

- Non. Mais si un coup de pied au cul suffisait tu y serrais déjà !


Wilhem resta bouche bée et interdit. Marc en profita pour se mêler au groupe du deuxième débarquement. Il y avait Ebner, la grosse cuisinière, les quatre porteurs et deux assistantes. avec lui et le môme, cela faisait dix, et eu totale vingt membre pour cette périlleuse expédition.

- Je t'nais à te dire bon' chance mon gars. Avec tous' qui vous attend.

- Ha ... heu, ben merci Capitaine Drustos. Ce fut un plaisir de naviguer sur votre navire.

Le petit Capitaine tendit sa main graisseuse et huileuse à Marc.

- Allez, au revoir, on sera là comme convenue dans deux mois. N'oubliez pas de tirer la fusée.

- Je suis sûre que les Terres Sombres auront de quoi me faire revenir vers vous.


Marc hésita à la lui serre mais s'exécuta finalement, avec un léger rictus de dégoût en santant sa main nager dans le cambouis.

Une demie heure plus tard, son groupe débarqua avec les trois mules et rejoignit les mercenaires postés sur la plage.

- Allez, en route la troupe.

Hurla Marc à l'attention du convois, espérant que sa petite rime humoristique aurait son effet. Manque de bol, tout ce qu'il eu fut des regards dépité, sauf Wilhem qui le rejoint en souriant.

- Vous savez que ces montagnes sont en fait des ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Plume
Scribouillard tout puissant

avatar


Messages : 324
Date d'inscription : 22/04/2011

MessageSujet: Re: Le départ   Mer 24 Aoû - 19:37

Les montagnes sont des contrées sauvages, qui sait ce qu'on peut y rencontrer...
Un degré de danger de niveau 3 s'impose.


[ Ne pas poster à la suite, ce post va être édité
HS complet ; Bord*l de f**k de b******p de motherfuker. Je hais ces dés, incompétents ! ><]


Dernière édition par La Plume le Mer 24 Aoû - 19:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Plume
Scribouillard tout puissant

avatar


Messages : 324
Date d'inscription : 22/04/2011

MessageSujet: Re: Le départ   Mer 24 Aoû - 19:37

Le membre 'La Plume' a effectué l'action suivante : Quand la Plume intervient...

#1 'Rencontre ? Degré 3' :


--------------------------------

#2 'Niveau de danger' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le départ   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le départ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Haldaran :: Basse Haldaran :: Zhian :: Port et Gare-