AccueilAccueil  Cartes  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La Genèse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Magnus Flavion
Magister de la Confrérie des Mécamanciens

avatar


Messages : 136
Date d'inscription : 27/04/2011

MessageSujet: La Genèse   Dim 7 Aoû - 12:27

Magnus était assit dans son fauteuil de Magister qui trônait au bout de la grande table du conseil de la Confrérie. Il était pensif, ses pensées s'entrechoquaient dans sa tête et il réfléchissait à une vitesse impressionnante. Tout était près, il avait enfin tout ce qui lui fallait pour accomplir son oeuvre. Sans s'en rendre compte il souriait légèrement, une chose que les autres Mécagérants avaient rarement l'occasion de voir.
La séance avait débuté depuis déjà quelque minutes et le sujet principale était l'auto-congratulation pour avoir récupéré ce magnifique magot. Seulement cette séance n'avait pas pour but de simple banalités, elle devait marquer une nouvelle étape, un commencement pour le Confrérie ... et pour lui.

Il regarda par la grande baie vitrée de sa salle qui laissait entrer ses premier rayon de soleil après une semaine de chutes de neiges et de nuages. Le grands lustres au dessus de lui éclairaient encore le plafond voûté malgré la grande présence de lumière.
Magister se leva et frappa du poing sur la table pour se faire entendre. A se signale tout le monde se tue et regarda dans sa direction:


- Messieurs, j'ai le plaisir de vous informer que cette réunion sera la dernière de se genre. Demain tout changera pour nous et notre avenir au sein de ce monde.

Il quitta son siège et se déplaça autour de la table tout en continuant à parler:

- Notre opération fut une réussite totale, ce que contenait ces coffre a dépasser mes espérance. Notre fortune s'élève aujourd'hui à 300 lingots d'or messieurs, s'est inimaginable !

Il marqua une pause et posa ses mains sur le dossier d'un siège d'un Mécagérant.

- Toute la démarche administrative à moitié faussée que nous avons mené depuis des années va enfin aboutir. Grâce à notre petite banque et ce chère Scribe, tout cet argent fantôme que nous utilisons pour des transactions et contrats privés va enfin pouvoir se matérialiser. L'achat de plusieurs dizaines de petite entreprise, exactement 31, spécialisé en machinerie et en manufacture de pièce de moteur va nous permettre, grâce à sa trentaine d'acheteurs qui on décidé de s'unir et collaborer, de mettre cette alliance commerciale au même rang que les grandes entreprise du pays.

Les Mécagérants esquissèrent des rictus sachant que tout ces "collaborateur" était en fait la signature des Technomanciens de la Confrérie. Dans la paperasse administrative, tout ces acheteurs (les Technomanciens), prétendaient chacun posséder une fortune familiale qu'ils investissaient entièrement avec des biens fictifs dans cet entreprise. Multiplié par trente et des crédits, la somme équivalaient largement celle nécessaire à l'achat de ces entreprises:

- Bien que toute cette oeuvre nous coûte 200 lingots d'or, je vous assure que cet investissement sera profusément rentabilisé. Désormais nous voici, nous la Confrérie, à la tête d'une importante entité industrielle qui nous permettra de rivaliser avec les Corporations et autres groupements industrielles d'Haldaran et nous aurons un poids considérable dans le secteur de la motorisation à vapeur.

Magnus Flavion retourna à son fauteuil mais resta debout prenant un air solennel:

- Mon rêve, vôtre rêve ... notre rêve prend vie. Ainsi, je proclame la création du CONSORTIUM !

Les Mécagérants applaudirent et s'arrêtèrent comme si ils avaient répété la scène.

- Le Consortium sera dirigé par un conseil. Ce conseil restera le même que celui de la Confrérie car le Consortium est la Confrérie. Nos oeuvre vont désormais être démultiplié grâce à ce nouvel et puissant outil industriel.

Il se rassit finalement mais en gardant sa posture de dirigeant.

- J'irai prochainement à Scyntilla pour occuper les locaux de notre futur siège social et prendre au sein du gouvernement afin de présenter notre prototype au ministère de la défense.

Après une heure de délibération, d'explication et de mise à jours des projets de la Confrérie l'un des Mécagérants interpella Magnus:

- Et quand est-il des mercenaires que nous avions engagé pour l'attaque du train ?

- Vous parlez du colonel que nous avons du opérer de justesse afin de lui éviter la mort ? Ainsi que les trois que nous avons trouvé miraculeusement en vie au milieu de tout ces cadavres ? Commenta un autre.

Magnus croisa les doigts et attendit avant de répondre au conseil. Il ne savait pas si ce qu'il allait propose serait approuvé unanimement par les Mécagérant.

- Messieurs ... il est de mon ressentit que le colonel Makareff à montré une grande bravoure dans cette attaque, sa blessure en témoigne. Un homme de cet trempe qui a sacrifié une partie de soit dans notre cause m'oblige à faire une concession.

Les six Mécagérants le regardaient, sachant tous se qu'il allait dire:

- Le colonel Viktor Makareff mérite de ce fait une place à part entière au sein de notre Confrérie.

- Et de quel place particulière parlez-vous ? Monsieur demanda l'un des membres du conseil.

- Il me répugne de devoir employer nos Technomanciens à des missions de se genre et à des rôles de sécurité. Je compte donc employer le colonel Makareff comme chef de la sécurité qui dépendra directement de moi et du conseil. Nous lui fourniront les moyens de former des hommes compétent et capable de pourvoir à notre sécurité, aussi bien d'Avalon que du Consortium. Nous pourrions ainsi nous concentrer pleinement sur ce en quoi nous travaillons depuis des décennies.

Un des Mécagérants voulut omettre une objection mais les regards des autres le fit taire. Il n'aimait guère voir des non membres au sein de la Confrérie, mais son purisme était souvent lassant et il se tut devant cette majorité qui étaient elle en faveur de la proposition de Magnus.

- Bien, dans ce cas je ferait part de notre proposition à Monsieur Makareff. Conclut Magnus devant le silence du conseil.La séance est levée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Magnus Flavion
Magister de la Confrérie des Mécamanciens

avatar


Messages : 136
Date d'inscription : 27/04/2011

MessageSujet: Re: La Genèse   Lun 8 Aoû - 9:29

Le Technomancien qui accompagnait Magnus lui ouvrit la porte de l'aile médicale. La lourde porte d'acier se sépara en deux et coulissa vers la droite et la gauche pour disparaître dans les murs.
Cette partie du Complexe était plus éclairée que le reste d'Avalon, l'endroit baignait donc dans une légère lumière blanche provenant du plafond.
L'aile médicale comportait une salle d'opération, un laboratoire, une pharmacie, le cabinet du Docteur et chirurgien David Hudson et une grande salle de repos aux lits toujours couvert de draps propres. Deux salle de chaque côté du grand couloir et la salle d'opération au bout.

Magnus se présenta à la porte du Docteur Hudson, qui était un Technomancien à part entière du fait que sa spécialité se soit tourné vers la médecine, et plus particulièrement les automails. Il faisait partis de la Confrérie depuis sa création mais avait refusé sa place au conseil, disant que cela lui prendrait trop de temps comparé à ce qu'il avait déjà à faire. Aujourd'hui il était assit à son bureaux, toujours bien rangé, et faisait mine de ne pas avoir vu le nouvel arrivant.


- C'est à quel sujet ?

Hudson posa sa question sans relever la tête de la feuille qu'il était en train de lire. Voyant qu'il n'avait obtenu aucune réponse il prit la peine de lever les yeux. En voyant Magnus il se releva doucement, le regardant derrière ses petites lunettes ronde. La lumière empêcha Magnus de voir ses yeux, mais il sentit le respect qu'éprouvait cette personne envers lui, et sa réciprocité.
Il était habillé d'une blouse blanche immaculé tout boutons fermés. Sa barbe taillé minutieusement et ses main croisé sur le bureau. Ne portant pas de gants, on pouvait apercevoir son automail à la main gauche. Il l'avait rendu plus lisse et polis et ajouter de la peinture couleur peau pour la rendre plus esthétique. Mais elle se voyait tout de même.


- Bonjours Magister, on ne vous voit pas souvent ici.

- Il n'y a qu'une seule fois où vous avez eu affaire à moi et se sera la dernière Docteur.

Le Docteur sourit et se lavait en lui indiquant la porte qui se trouvait sur sa gauche, menant à la salle de repos.

- Je suppose que vous venez prendre des nouvelles de nos cher camarades mercenaires, et plus particulièrement du colonel ?

Magnus prit la direction de la salle, suivit par le médecin.

- Effectivement, comment va t-il ?

- L'opération s'est bien passé Magister et l’implantation de la prothèse aussi. Cela m'a pris toute la journée et c'est un chef d'oeuvre. Il commencera demain la rééducation afin de s’habituer à son ... nouveau corps.

- Je vois.

- Il devra suivre un traitement spéciale pendant une semaine et surtout se reposer. Ensuite il devrait être sur pied pour repartir.

- Il ne repartira peut-être pas Docteur.

Cette phrase laissa Hudson interdit, sachant qu'elle pouvait avoir deux sens possible. Tout en marchant au milieu des deux rangées de lits aux draps blanc, les deux Initiés qui assistaient le Docteur, et qui seront de futur médecin au sein de la Confrérie, saluèrent le Magister puis retournèrent près du mercenaire auquel il étaient en train de refaire les pansement.

- Il est là, vous avez une heure avant que je lui fasse ses injection. après ça il ne pourra plus tenir une conversation.

- Merci Hudson, vous pouvez disposer.

Le Docteur se retira, laissant Magnus seul devant le rideau tiré du lit de Victor Makareff. Celui-ci tourna la tête et le regarda avancer.

- Je me demandait où vous aviez bien pu passé monsieur ... Magister ... J'attend mon argent comme convenue.

- Les mercenaire, tous les même ... soupira Magnus.

- Vous vous trompez, je suis aussi loyale pas seulement cupide.

- Malheureusement vos frais d'hospitalisation vous ont coûté la totalité de votre part. Je vous ai quand même laissé vos vêtements.

Le colonel ricana puis toussa. Il sortit son bras gauche de sous les draps et tendit sa main vers Magnus.

- Je sais ce que je vous dois ... Magister. Vous m'avez sauvez la vie, sortit de se merdier, soigner et rafistolé. Et bordel je ne sais même pas où on ait mais je suis allongé dans un lit d'hôpital, avec bras en métal entouré de types aussi louche que vous, mais je suis en vie, et pour ça merci.

Magnus s'approcha en enlevant son gant de cuir et tendit sa main gauche vers Victor Makareff. Sa main métallique ne passa pas inaperçu au regard du colonel qui la lui serra malgré tout. Les deux hommes se regardèrent terminèrent cette empoignade. Victor Makareff demanda ensuite à Magnus:

- C'est comment ?

- Pardon ?

- Le fait d'avoir un membre ... différent ?

Magnus regarda sa main gauche, puis remit son gant.

- On s'y fait, mais se n'ai plus la même chose. On perd une bonne partie de nos sensation, mais s'est rassurant quand on à la sensation se sentir notre véritable main de voir une prothèse capable de remplacer parfaitement la main perdue. Le temps cicatrise tout.

- Ce qui nous tu pas nous rend plu fort.

- Non. Ce qui nous tu pas nous rend différent.

- Il me faudra combien de temps pour arriver à bouger se truc. Fit Victor en montrant de sa main gauche son bras droit en acier.

- Le temps que votre cerveau arriva à s'habituer à votre nouveau membre. Il faut transcrire les flux nerveux en mouvements mécaniques, et ça prend un petit moment avant que la connexion se fasse parfaitement. Mais le Docteur Hudson m'a dit que l’opération s'était bien passé et que vos nerf son tous soudé aux récepteurs mécaniques.

Le colonel ne dit rien, occupé à regarder le plafond.

- Colonel Makareff, j'ai une proposition à vous faire.

- Je vous doit beaucoup, plus que je ne puise offrir, mais j'attend de voir ce que vous avez à proposer.

- Rester avec nous, la Confrérie, et devenir notre chef de sécurité. Nous vous fournirons tout ce dont vous avez besoin, hommes, armes, matériel, vous aurez un salaire trois fois supérieur à ce que vous gagnez et il sera proportionnel au travail fourni. Bien sûre vous serez logé, nourris, blanchis, soigné.

- En d'autre terme, je rejoins votre petite famille de sectaire qui on un engrenage à la place du cerveau et je devrait m'occuper de votre sécurité. Je devrait aussi curer vos chiottes ?

- Ce ne sera pas nécessaire.

- Alors j'accepte. C'est à la vie à la mort, ce sera ma dette envers vous ... Magister.

- Avant de nous quitter, Confrérie viens de devenir possesseur d'une grande entreprise qui regroupe une centaine d'usines et manufactures. Nos profits sont assuré mais votre sécurité devra être au summum de l'efficacité.

- Vous croyez que j'ai eu mon grade de colonel dans une pochette surprise ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Magnus Flavion
Magister de la Confrérie des Mécamanciens

avatar


Messages : 136
Date d'inscription : 27/04/2011

MessageSujet: Re: La Genèse   Ven 12 Aoû - 9:45

Huit jours plus tard, Magnus embarqua dans le Zeppelin de la Confrérie pour Scyntilla. Quatre Mécagérants l'accompagnaient ainsi que le colonel Makareff, qui sortait tout juste de l'aile médicale affirmant qu'il ne faisait plus qu'un avec son nouveau bras.
Les prochains jours seraient chargé, il devait occuper leur futur siège social au quartier d'Ivoire, rencontrer un contact dans les hautes sphères et présenter sa découverte au ministère de l'armement et de la défense.

Il posa sa serviette sur sa couchette dans sa cabine et regarda par la hublot. Une des grues du hangars finissait de charger les énormes caisses de matériel dont il aurait besoin. Sur le ponton, les nouveaux initiés qui venaient juste d'arriver visitaient le complexe, suivant un Technomanciens. Ils étaient onze se mois-ci à avoir rejoint la Confrérie, leur nombre augmentaient de mois en mois. Parfait.

Magnus s'allongea sur la couchette et prit le livre qui était posé sur la table de chevet. La voyage durerait au moins deux jours, alors une bonne lecture était la bienvenue.

Il ouvrit donc l'ouvrage intitulé
: "Ethymologie, Linguistique et Histoire des Aldélaydes" par le professeur Mark Seymore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Genèse   

Revenir en haut Aller en bas
 

La Genèse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Haldaran :: Haute Haldaran :: Montagnes de l'ouest-